CECI n'est pas EXECUTE cems : OP14 / Théories sociologiques de l’action

OP14 / Théories sociologiques de l’action

Version française de « Teoria sociologica a actiunii », in D. Otovescu (dir.), Tratat de Sociologie generala, Editura Beladi, Craiova, 2010.

 

Théories sociologiques de l’action

 

Albert Ogien

 

Il existe deux grandes manières d’appréhender l’action en sociologie. La première est fonctionnaliste ou structuro-fonctionnaliste : elle consiste à expliquer les conduites individuelles en les concevant comme l’expression mécanique d’un ordre de déterminations qui leur pré-existe et en façonne la conformité. Cet ordre de déterminations a une double origine : un système stable de normes sociales intériorisées par les agents ; et une structure hiérarchisée des positions sociales dans une société stratifiée (Rocher, 1972). Cette manière d’appréhender l’action admet donc le principe de « non-conscience » de l’agent dont on a pu dire qu’elle était « la condition sine qua non de la constitution de la science sociologique » (Bourdieu, Chamboredon & Passeron, 1973). Lorsqu’on adopte ce principe, ce que les acteurs font lorsqu’ils agissent en commun n’est pas une donnée pertinente dans l’explication de la nature réelle de l’action.

La seconde manière d’engager l’analyse est interactionniste : elle consiste à concevoir l’action de façon dynamique, comme un processus dont le terme n’est pas fixé a priori et dont la forme se constitue dans le déroulement temporel des échanges qui la composent. L’accomplissement de ce processus requiert la participation active des individus qui y sont impliqués. Cette conception admet donc l’existence d’acteurs qui assurent la coordination et la continuité de l’action, en faisant usage de principes d’ordonnancement des échanges (règles d’adéquation, de réciprocité, de catégorisation, de politesse, d’étiquette et savoir de sens commun, etc.) qu’ils mettent en application dans le cours même de l’action tout en vérifiant, incessamment, qu’ils le font de façon correcte.

  • Pour accéder à l’article et lire la suite, cliquez ici

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Penser l'intersectionnalité dans l'espace public

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 octobre 2019 - 09:30« Penser l'intersectionnalité dans l'espace public »18 Octobre 2019 -  9h30–18hCNRS Pouchet – 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris   Préprogramme9h30-9h45 : Accueil9h45-10h : Introduction de la journée par les organisateurs∙trices, Victor Albert Bla (...)(...)

Lire la suite

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en l'amphithéâtre François Furet. Pr (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr