CECI n'est pas EXECUTE cems : Soutenance de thèse de German Fernandez Vavrik

Soutenance de thèse de German Fernandez Vavrik

Thèse de doctorat en sociologie soutenue par German Fernandez Vavrik, sous la direction de Louis  Quéré, le 26 mai 2014 à l’EHESS.

 

Titre de la thèse

♦ « Comprendre l’exception. La discrimination positive à l’Université en Argentine. »

 

Membres du jury

♦ Adriana Arpini, Chercheuse CONICET, Universidad Nacional de Cuyo

♦ Carlos Belvedere, Chercheur CONICET, Universidad de Buenos Aires et Universidad Nacional de General Sarmiento

♦ Daniel Cefaï, Directeur d’études, École des hautes études en sciences sociales

♦ Louis Quéré, Directeur de recherche émérite au CNRS, École des hautes études en sciences sociales

♦ Daniel Sabbagh, Directeur de recherche, Sciences Po

♦ Virginia Unamuno, Chercheuse CONICET, Universidad de Buenos Aires et Universidad de San Martín

♦ Agnès van Zanten, Directrice de recherche au CNRS, Sciences Po

 

Résumé de la thèse

Depuis 2003, l’Université Nationale de Cuyo mène une politique de discrimination positive sans précédent en Argentine: elle consiste en un programme d’accueil et de soutien scolaire adressé à des élèves des régions rurales les plus isolées de la province de Mendoza. La moitié des bénéficiaires en sont des Indiens des communautés huarpes, une ethnie considérée comme «disparue» par certains chercheurs de l’Université même qui les a accueillis. Malgré l’opposition interne —de la part des chercheurs contestant le bien-fondé de la revendication de reconnaissance ethnique —, l’Université a mis en place le PBCHEA, Programme de bourses pour des communautés huarpes et des établissements-internat. Or, si ce programme a été créé avec l’objectif explicite d’effectuer une «reconnaissance» institutionnelle de Huarpes, l’Université a rapidement modifié le critère de sélection. À partir de 2004, n’importe quel élève issu des «établissements-internat» ruraux est éligible pour la bourse, sans que l’appartenance ethnique ne soit plus un critère essentiel. Grâce au programme, les boursiers —définis par l’institution avant tout par rapport à leur origine — se trouvent impliqués dans un projet inédit de mobilité sociale qui les différencie des autres membres de l’entourage rural et citadin. 

Avec ces mesures de discrimination positive, l’Université de Cuyo prend une distance par rapport à la tradition de la protection sociale inspirée de l’État Providence, car deux exceptions aux principes républicains sont mises en place. D’abord, le principe de color-blindness est suspendu: la sélection des élèves est opérée au nom de l’origine et non pas selon un critère de pauvreté ni de revenu. Ensuite, le programme suspend l’application des politiques universalistes: l’État concentre des ressources économiques et pédagogiques sur ces boursiers d’origine rurale, qui reçoivent un traitement spécial, séparés des autres étudiants. 

Étant donné que faire des exceptions implique l’exigence de se justifier, et que le rapport à l’ordre normatif doit être soigneusement formulé afin que l’exception ne soit pas considérée comme une simple infraction, comment les acteurs du programme rendent-ils acceptables, compréhensibles et justifiables ces mesures? Comment l’origine configure-t-elle au jour le jour l’expérience des étudiants, des responsables et des enseignants? Le matériau de l’enquête se compose d’enregistrements audiovisuels des interactions dans une salle de classe, de documents écrits de l’Université, d’observations ethnographiques et d’entretiens. La recherche porte sur la compréhension et la catégorisation des acteurs ainsi que sur les conditions institutionnelles de la mise en place des politiques de discrimination positive. Mon travail montre que, si les responsables et les enseignants traitent les boursiers comme des nouveaux arrivants spéciaux, qui ont besoin d’un accueil d’exception, ceux-ci se présentent comme des ethnographes, des personnes capables de rendre intelligible les règles des environnements dans lesquels ils circulent.

 

Mots clés

Discrimination positive, Université, origine, exception, appartenance, catégorisation, compréhension.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team11-12 JUIN 2018École des (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Monothéisme et politeia

Colloque - Vendredi 16 mars 2018 - 09:30Monothéisme et politeiaLe Dieu-Un, l’ordre politique, la vie collective 16-17 mars 2018Organisation : Fethi Benslama – Julia Christ – Anoush GanjipourInstitut Humanités, Sciences et Sociétés [Université Paris Diderot] - Laboratoire interdisciplinaire d’étu (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr