CECI n'est pas EXECUTE cems : Les logiques du progrès et la gestion de ses dégâts

Les logiques du progrès et la gestion de ses dégâts

Économie, expertise et gouvernement, de 1800 à nos jours

Sezin Topçu, chargée de recherche au CNRS

Soraya Boudia, professeur à l'Université Paris-Est/Créteil Val-de-Marne (TH)

Amy Dahan Dalmedico, directrice de recherche émérite au CNRS

Jean-Baptiste Fressoz, chargé de recherche au CNRS

Jean-Paul Gaudillière, directeur d'études à l'EHESS, directeur de recherche à l'INSERM (TH)

Nathalie Jas, chargée de recherche à l'INRA

Dominique Pestre, directeur d'études à l'EHESS

 

Dates et lieu

Mardi de 14 h à 18 h (Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 21 octobre 2014 au 9 juin 2015

 

Présentation du séminaire

Le but de ce séminaire commencé l’an passé est de mettre en perspective historique, sur deux siècles, la question du développement techno-industriel et des dégâts qu'il induit, et de montrer les solutions, pratiques et modes de régulation concrètement mis en œuvre. L'intérêt du temps long est double : connaître les différentes périodes, et nous contraindre, par la comparaison, à préciser la gamme des outils disponibles d’une part, à mieux décrire la situation présente de l’autre.

L'hypothèse qui fonde ce séminaire est que les tensions que l'on retrouve dans les sociétés démocratiques et libérales contemporaines – qui sont bien sûr des ensembles non systémiques – sont à l'œuvre depuis deux siècles, et qu’il est heuristiquement intéressant de reprendre l’ensemble des solutions avancées. Ces tensions ou contradictions sont en première approximation de trois ordres. Entre fait libéral (l'autonomie croissante des individus) et fait collectif, entre phéno­mènes d’indivi­dua­lisation et nécessités de solutions communes face aux effets globaux du progrès technique. Entre fait productif et fait politique ensuite, entre logiques productives et de marchés, et logiques de la régulation nécessaire, entre liberté d’entreprendre et d’innover et formes démocratiques.  Finalement entre bénéfices et dégâts du progrès, entre promesse et crainte, confiance dans la technique et aveu de ses limites. En d'autres termes une triple tension entre sociétés et individus, économie et politique, innovation et « précaution ».

Pour chacun des moments, le séminaire considère les nouveautés, techniques comme socio-économiques ; la nature des pratiques scientifiques et des savoirs des populations ; la nature des expertises mobilisées et de leur lien aux mondes économiques et politi­ques ; les outils de régulation et de « monitoring » des dégâts ; les formes de gouverne­ment mises en place ; la nature des outils et de leur formalisation – de la compensation financière au calcul coût/bénéfice ; les discours de la promesse et de la crainte.

Le séminaire se déroule par séances de quatre heures, avec deux présentations et discutants, et chaque séance met en présence des historiens des diverses périodes aux fins d'analyse comparée et de précision des descriptions. Seront abordés cette année les régimes de sciences et techniques en économie, le rapport économie/environnement à l'époque moderne, le gouvernement des questions énergétiques et de leurs effets, l’écologie du monde carbonée depuis deux siècles. Nous regarderons l'articulation savoirs/économie, la place des savoirs et des expertises économiques dans le gouvernement des technosciences. Nous considérerons la place et le rôle des institutions internationales depuis 1945, notamment les rôles respectifs de la Banque Mondiale, de l’OCDE et des Nations Unies, la place des fondations nouvelles comme des ONG et think tanks, ainsi que l’évolution des langues dans lesquelles se dit le gouvernement du progrès et de ses dégâts depuis 70 ans. Nous ferons aussi un bilan des études de climatologie historique et reviendrons sur les systèmes techniques « classiques » et les logiques de leur régulation (route, ferroviaire, aviation par exemple).

 

Renseignements :

par courriel.

Direction de travaux d'étudiants :

oui, par courriel à Dominique Pestre, ou durant les séances.

Réception :

par courriel à Dominique Pestre.

Adresse(s) électronique(s) de contact :

pestre.dominique(at)gmail.com

Page liée sur le site de l’EHESS :

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2014/ue/877/

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 54 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en salles BS1-28 et BS1-05. Présentat (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Débats participatifs « les discriminations LGBTQI dans le milieu professionnel ». Volume I

Débat - Jeudi 27 juin 2019 - 13:30Ces débats participatifs ont vocation à réfléchir collectivement sur la réalité des discriminations dans le milieu professionnel (notamment les institutions européennes, les organisations internationales, la diplomatie, l’enseignement supérieur, la recherche…), (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr