Agenda |

 

Les codes de l'obligation. Méta-analyses pragmatologiques de l'application de méthodes en sciences sociales

Soutenance de thèse de David Rossé/10 juin 2015

David Rossé soutiendra sa thèse

 

Les codes de l’obligation. Méta-analyses pragmatologiques de l’application de méthodes en sciences sociales.

 

le 10 juin 2015 à l’EHESS (Salle 638, 190-198 avenue de France, 75013 Paris) à partir de 14h.

 

Membres du jury

  • Louis Quéré, Professeur à l’EHESS
  • Laurence Kaufmann, Professeur à l’Université de Lausanne
  • Baudoin Dupret, Directeur de recherche au CNRS, Centre Jacques Berque à Rabat
  • Esther Gonzalez Martinez, Professeure à l'Université de Fribourg
  • Cyril Lemieux, Maître de conférences à l'EHESS
  • Olivier Voirol, Maître d'enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne

 

Résumé

Cette thèse rassemble une série de méta-analyses, c’est-à-dire d’analyses ayant pour objet des analyses produites par des sociologues (notamment celles résultant de l’application de méthodes de traitement des entretiens). Il s’agit d’une démarche réflexive visant les pratiques concrètes des sociologues. Celles-ci sont envisagées comme des activités gouvernées par des règles. Une part importante de cette thèse sera donc consacrée au développement d’un outil d’analyse « pragmatologique » (Durkheim), c’est-à-dire permettant l’étude des pratiques et des règles en rapport avec elles. Pour aborder les règles, la philosophie analytique d’inspiration wittgensteinienne apporte plusieurs propositions importantes. Les règles sont ainsi considérées comme des concepts d’air de famille : il n’y a pas de définitions communes recouvrant l’ensemble des règles. Pour étudier les règles, il convient alors de faire des distinctions à partir de leurs usages. Une de ces distinctions concerne la différence entre règles constitutives et règles régulatives : une règle constitutive crée une pratique (e.g. le mariage), alors qu’une règle régulative s’applique à des activités qui peuvent exister sans elles (e.g. les règles du savoir-vivre). L’activité méthodologique des sociologues repose et est contrainte par ces types de règles, qui sont pour l’essentiel implicites. Cette thèse vise donc à rendre compte, par la description et la codification des règles, du caractère normatif des méthodes dans les pratiques d’analyse de la sociologie. Elle insiste en particulier sur les limites logiques qu’instituent les règles constitutives, celles-ci rendant impossibles (et non pas interdites) certaines actions des sociologues.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Monothéisme et politeia

Colloque - Vendredi 16 mars 2018 - 09:30Monothéisme et politeiaLe Dieu-Un, l’ordre politique, la vie collective 16-17 mars 2018Organisation : Fethi Benslama – Julia Christ – Anoush GanjipourInstitut Humanités, Sciences et Sociétés [Université Paris Diderot] - Laboratoire interdisciplinaire d’étu (...)(...)

Lire la suite

Penser le soin à travers ses tensions

Colloque - Vendredi 09 mars 2018 - 09:00Le soin est aujourd’hui un thème fédérateur de divers enjeux (médical, environnemental, parental, amical, politique, climatique) qui ont pour point commun de chercher à prendre en charge la fragilité de la vie. Ainsi que l’ont montré les éthiques du care, (...)(...)

Lire la suite

Call for abstract : Financialization and development policies : Critical perspectives on new financial circuits for international development projects

Appel recherche - Mardi 06 mars 2018 - 17:00Call for abstract for an academic conference on financialization and international development in Hamburg, Germany.Financialization and development policies : Critical perspectives on new financial circuits for international development projects.A conf (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr