CECI n'est pas EXECUTE cems : Soutenance Habibou Fofana

Soutenance Habibou Fofana

Thèse soutenue sous la co-direction de Daniel Cefaï et de Louis Quéré, le 15 février 2016, à l’EHESS.

Titre de la thèse

« Mort tragique d’un grand journaliste. L’affaire Norbert Zongo comme analyseur d’une révolte populaire au Burkina Faso »

Les membres du jury

  • Mme Arquembourg Jocelyne (Professeure des universités, Sorbonne Nouvelle Paris 3)

  • M. Banégas Richard (Professeur à Sciences Po CERI)

  • M. Cefaï Daniel (Directeur d’études à l’EHESS)

  • M. Hagberg Sten (Professeur à l’Université d’Uppsala)

  • M. Ouedraogo Jean-Bernard (Directeur de recherche au CNRS)

  • M. Quéré Louis (Directeur de recherche émérite au CNRS)

Résumé de la thèse

Cette thèse porte sur « l’événement » que constitua la « mort suspecte » d’un journaliste burkinabé le 13 décembre 1998, l’émotion collective suscitée par sa brutale disparition, ainsi que le vaste mouvement d’indignation et de protestation sociale porté par divers acteurs exigeant « vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune ».

Comment expliquer l’ampleur de « l’émotion collective » suite à la « mort suspecte » d’un « simple » journaliste au Burkina Faso, un État où la succession des « régimes d’exception », par la violence militaire, semblait avoir banalisé l’élimination physique de « l’opposant politique » ? Comment le mouvement généralisé de protestation et de défiance qui se constitua contre les représentants du pouvoir d’État a-t-il été possible et comment en rendre compte ? En quoi cette dynamique collective a-t-elle recomposé des clivages et des appartenances politiques, sociaux, culturels, professionnels et générationnels ? Peut-on rapporter cette mobilisation collective à des liens sociaux fédérateurs, non thématisés publiquement, ou non représentés dans les structures institutionnelles officielles de la « République » ? Ou doit-on la percevoir comme un travail collectif, impulsé par l’événement, de formation d’une identité collective et d’une cause commune ? Mais quels en seraient alors les rapports avec ce journaliste qu’était Norbert Zongo ? Comment, enfin, ce « moment subversif » de l’histoire burkinabé articule-t-il des confrontations dans les rues, des débats dans le journal et des délibérations dans l’institution judiciaire ? Telles sont les principales questions auxquelles la thèse essaie d’apporter des réponses, tout en ouvrant des perspectives d’analyse des transformations politiques récentes survenues au « pays des hommes intègres ».

L’argument central est que le vaste mouvement de protestation qui se déclenche excède la seule revendication de justice pour ce journaliste et sert, plus globalement, d’occasion d’une discussion sur l’ordre moral de la communauté étatique burkinabé. Le projet analytique poursuivi, ancré dans un travail empirique d’enquête de terrain, alliant matériaux journalistiques, documents produits par les organisations, données d’archives, entretiens avec divers acteurs, a alors été de faire de l’« événement » devenu « l’affaire Norbert Zongo », un analyseur de la révolte populaire engendrée par cette « mort tragique ».

La thèse est articulée autour de trois grandes parties. La première, intitulée « les figures de l’événement », est à la fois une mise en perspective de l’objet « événement », par un ensemble de questionnements théoriques et épistémologiques, et une description des figures que dessine l’événement dans l’espace local. La seconde partie, « une aventure individuelle de l’association étatique », est une « biographie », au sens de Howard S. Becker, où le parcours individuel de Zongo et la dynamique sociale de la communauté s’éclairent mutuellement, et éclairent le contexte historique, social et politique de l’événement, ainsi que les préoccupations qui le configurent. Enfin, « le moment Zongo », la troisième partie, poursuit l’analyse de la mise en forme et en sens de l’événement entamée dans la première partie. Elle consiste en l’observation de trois principales arènes qui, tout en ayant chacune une relative autonomie, s’interpénètrent, s’influencent et interagissent dans le cours d’une dynamique de revendication de la justice, la « lutte contre l’impunité », qui prendra le nom du « mouvement trop c’est trop ».

Mots clés : événement ; Norbert Zongo ; émotion collective ; mobilisation collective, mouvement trop c’est trop ; impunité ; personnage public ; arène ; journalisme d’investigation ; démocratie ; ordre moral ; espace public ; justice ; critique sociale ; protestation collective ; révolte populaire.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team. Organisateurs :Johanne (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr