CECI n'est pas EXECUTE cems : Les collectifs d’enquêtes, XIXe-XXIe siècle. Ethnocomptabilité et anthropologie de l'évaluation

Les collectifs d’enquêtes, XIXe-XXIe siècle. Ethnocomptabilité et anthropologie de l'évaluation

Alain Cottereau, directeur d'études à l'EHESS (*) ( IMM-CEMS )

Stéphane Baciocchi, ingénieur d'études à l'EHESS ( CRH-LaDéHiS )

Dates et lieu

1er jeudi du mois de 13 h à 17 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2016 au 1er juin 2017

Présentation du séminaire

Le séminaire poursuivra et élargira un programme commencé en 2014-2015 : l’analyse d’enquêtes collectives de terrain, comportant des apports propres qu’ouvre la coopération d’investigation directe in situ, tant dans l’histoire des deux derniers siècles qu’avec des praticiens de l’enquête aujourd’hui. Les corpus examinés comportent une dimension d’anthropologie économique.

Pour une part, nous continuerons à revisiter le corpus de résultats obtenu par un collectif enquêteur international constitué en 1848, dont la cinquantaine d’auteurs a coordonné ses terrains de 1848 à 1869. Ce collectif d’enquête a mis en œuvre et combiné de manière originale une anthropologie culturelle comparative et une anthropologie économique, proposant une alternative à l’économie politique qui s’est imposée jusqu’à aujourd’hui. Ses principaux résultats, à redécouvrir dans un contexte redevenu propice, figurent dans deux ensembles de publications collectives, Les Ouvriers européens en 1855 puis, à partir de 1857, une longue série coordonnée de monographies de familles publiées sous le titre Les Ouvriers des Deux Mondes. Nous retenons la phase scientifique de ces enquêtes, coordonnées par Frédéric Le Play et Albert de Saint-Léger, avant que ce collectif d’enquêteurs formés à « l’observation des faits sociaux » ne renonce au fonctionnement de société savante pour devenir une association politique réformatrice, puis conservatrice, appelée « École de Le Play ». Nous revisitons aujourd’hui ces enquête en décryptant leurs techniques oubliées de mesure et en y ajoutant des sources complémentaires.

Joint à ce premier corpus figurent des enquêtes ethnographiques en cours, menées au sein d’un atelier d’ethnocomptabilité, en lien avec le séminaire. Ces recherches, inspirées de la monographie  d’Alain Cottereau et Mokhtar Mohatar Marzok, Une famille andalouse : ethnocomptabilité d’une économie invisible (2012), étendent l’exploration dans de nouvelles directions, exigeant d’accéder à des formes inédites de description ethnographique. La question initiale est simple : qu’est-ce qui compte dans la vie, à quoi tiennent les gens, et à quoi voit-on qu’ils y tiennent ? Répondre à ces questions de façon systématique appelle de nouveaux dispositifs d’investigation, assez proches des explorations d’écologie naturaliste.

Enfin, un troisième volet du séminaire s’intéressera à des expériences d’enquête tout juste amorcées aujourd’hui, portant sur les formes nouvelles de mouvements sociaux, non sans lien avec l’anthropologie de l’évaluation, Un symbole particulièrement ajusté et suggestif de ces mouvements à étudier a été le slogan « On vaut mieux qu’ça ». Il se conjugue avec la recherche des formes renouvelées de coopération.

* * *

Renseignements : inscription sur dossier (projet de recherche et curriculum, puis entretien sur rendez-vous auprès d'Alain Cottereau ou Stéphane Baciocchi. Validation possible de M2 sur autorisation individuelle en accord avec le responsable du master.

Direction de travaux d'étudiants : contacter les enseignants par courriel.

Réception : sur rendez-vous auprès d'Alain Cottereau par courriel.

Niveau requis : pas de niveau requis a priori, mais pour profiter du séminaire, il faut avoir engagé une expérience d'enquête de terrain, ou bien, en histoire, une recherche de première main. Le fonctionnement du séminaire implique de mettre en discussion des travaux personnels d'enquête, portant  sur le corpus proposé ou sur ses propres investigations, en réciprocité avec tous les participants.

Adresse(s) électronique(s) de contact : cotte(at)ehess.fr, baciocch(at)ehess.fr

Page liée sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2016.ehess.fr/2016/ue/1126/

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team. Organisateurs :Johanne (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr