L'équipe | Membres associé.e.s

Dan Furukawa Marques

DF

► Membre associé

► Professeur adjoint, Département de sociologie, Faculté des Sciences sociales, Université de Laval

Coordonnées

Département de sociologie
Faculté des sciences sociales
Université Laval
Pavillon Charles-De-Koninck
1030 Av. des Sciences Humaines
Bureau : 3475

dan.furukawa-marques@soc.ulaval.ca

danfmarques[at]gmail.com

Diplômes universitaires

Doctorat en Science politique (Ph.D.), École d’études politiques, Université d’Ottawa, Ottawa, automne 2009 – hiver 2018. Majeure : Relations internationales. Mineure : Pensée politique.
Directeur : Prof. Gilles Labelle (École d’études politiques, Université d’Ottawa).
Co-directrice : Prof. Marie-Christine Doran (École d’études politiques, Université d’Ottawa).

⇒ Titre de la thèse : Les formes du politique. Ethnographie d’une communauté coopérative du Mouvement des travailleurs ruraux sans-terre (MST) du Brésil, 517 pages.
La thèse a été nominée unanimement par le jury pour le prix de la meilleure thèse en sciences sociales pour l’année 2018.

Maîtrise en Science politique (M.A.), Department of Politics, York University, Toronto, automne 2008 – automne 2009.
Directeur : Prof. Stephen Gill
Deuxième lecteur : Prof. Martin Breaugh

⇒ Titre du mémoire : “Against the Victimization of People We Oppose Their Own Political Action” Principles and Practices for an Emancipatory Political Subjectivity, 80 pages.
Note: A+

Baccalauréat intégré en Économie et politique, Département des Sciences économiques, Université Laval, Québec, automne 2004 – hiver 2008.
Profil international : session à Nankai University, Tianjin, Chine, été 2008.
Profil international : semestre à l’Université Catholique de Louvain (UCL), Louvain-la-Neuve, Belgique, hiver 2007.


Postes et affiliations universitaires

► Chercheur et co-coordonnateur, Équipe de recherche interuniversitaire (FRQSC) sur l’inclusion et la gouvernance en Amérique latine (ÉRIGAL), juin 2019 – en cours.

► Chercheur associé, Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS), Écoles des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, automne 2018 – en cours.

► Chercheur postdoctoral FRQSC, Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS), Écoles des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, janvier 2018 – janvier 2020. Superviseur: Prof. Daniel Cefaï.

► Chercheur associé, Crossing Borders Research Cluster (CBRC), Université Bishop’s, Sherbrooke, automne 2015 – en cours.

► Doctorant visiteur, Centre d’études des mouvements sociaux (CEMS), de l’Institut Marcel Mauss (IMM), École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, janvier 2014 – janvier 2015. Superviseur: Prof. Daniel Cefaï.

► Chercheur visiteur, Núcleo de pesquisa em Antropologia da Política (NuAP), Museu Nacional, Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), Rio de Janeiro, janvier 2013 – décembre 2013. Superviseur: Prof. John Comerford.

► Chercheur doctorant associé, Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM) de l’Université of Ottawa, Ottawa, septembre 2011 – en cours.

 

Projets de recherches

Furukawa Marques, Dan, “Le politique au quotidien ou le renouveau de l’engagement citoyen : ethnographie de campements urbains du Mouvement des travailleurs sans-toit (MTST) à Sao Paulo”, 2018-2020.

Résumé : Comment réinventer la coopération sociale et politique, au quotidien, à l’ère de la désillusion citoyenne envers la politique institutionnelle? Actuellement considéré « le mouvement social le plus important au Brésil » (Löwy, 2016), comptant environ 900,000 « sans- toit » au niveau national, le Mouvement des travailleurs sans-toit (MTST) occupe des terrains vacants afin de revendiquer des logements sociaux et édifie des campements urbains qui deviennent des laboratoires de démocratie participative et d’économie solidaire. Ces occupations se transforment en de véritables villages autogérés aux pratiques sociales innovatrices : écoles itinérantes d’alphabétisation, coopératives d’agriculture urbaine agroécologique, éducation politique, gestion hybride (hiérarchique et égalitaire) des espaces communs, postes alternatifs de santé, ateliers de sensibilisation à l’espace urbain, etc. Défendant une « réforme urbaine » axée sur le « droit à la ville », le MTST semble construire de nouvelles formes de coopérations sociales et politiques qui se vivent au quotidien, dans les relations et pratiques qui forgent la réalité des sans-toit. Cette création d’espaces collectifs originaux peut-elle redynamiser l’action politique? Mon projet de recherche a pour objectif d’enquêter sur la signification politique des formes de coopération et d’innovation sociale qui s’expérimentent quotidiennement dans les campements du MTST et, par là, de saisir les processus originaux de construction de communautés et de sujets politiques.

Furukawa Marques, Dan, Les formes du politique. Ethnographie d’une communauté coopérative du Mouvement des travailleurs ruraux sans-terre (MST) du Brésil, 2018.

Résumé : Depuis la fin des années 1980, les Coopératives de production agricole (CPA) du Mouvement des travailleurs ruraux sans- terre (MST) au Brésil symbolisent, selon celui-ci, une « forme supérieure de coopération ». Pour le MST, la Cooperativa de Produção Agropecuária Nova Santa Rita (Coopérative de production agricole Nova Santa Rita, COOPAN) représente un modèle de réussite socio-économique d’une coopérative entièrement gérée selon le modèle du « travail collectif » : une communauté stable, rentable économiquement, respectant les principes environnementaux de l’agroécologie et où le travail et la vie quotidienne sont organisés de manière collective et démocratique. Une enquête de terrain attentive révèle, cependant, les soubassements conflictuels de la construction d’une communauté démocratique. Dans ce que nous appelons une « dialectique du conflit », les acteurs sociaux du MST doivent constamment équilibrer le rapport fragile et mouvant entre l’individuel et le collectif, l’horizontalité et la verticalité, l’économique et le politique. Appuyée sur une enquête de terrain s’étalant sur cinq ans et inspirée d’un cadre théorique construit principalement à partir de la phénoménologie politique de Maurice Merleau-Ponty et complété par les pensées de Claude Lefort et d’Hannah Arendt, cette thèse propose la phénoménologie politique comme méthode ethnographique. Nous examinons ainsi la construction de la communauté COOPAN en tentant de comprendre l’institution politique d’une communauté et de ses sujets. Les trente et une familles qui composent COOPAN font la route ensemble depuis presque trois décennies. Nous avons reconstitué cette trajectoire de vie et son fonctionnement actuel dans le but de saisir les différentes formes d’apparition et de transformation du politique ou, autrement dit, les manières par lesquelles se construisent les liens sociaux, les sentiments d’appartenance, les pratiques et les normes à partir desquels se déploie une communauté politique et ses sujets, toujours en mouvement. En d’autres mots, le but est de saisir comment les expériences politiques des sujets participent à instituer un ordre social autour d’un projet politique commun, en construction permanente.
 

Furukawa Marques, Dan, “Against the Victimization of People We Oppose Their Own Political Action” Principles and Practices for an Emancipatory Political Subjectivity, 2009.

Résumé : La manière dont les cosmopolites libéraux mobilisent le concept de droits humains embrasse la prémisse fondamentale selon laquelle, bien que les êtres humains soient nés égaux, certains jouissent de droits pendant que d’autres en sont privés. Cette prémisse de base finit par caractériser certaines communautés comme « victimes » et d’autres comme « sauveurs », ayant pour effet ultime de dépolitiser des groupes d’individus. En opposition à cette approche, et suivant les pensées de Jacques Rancière, Hannah Arendt et Alain Badiou, je tente de démontrer que c’est à travers l’action basée sur l’expérience subjective que les personnes peuvent devenir égales en prenant conscience de leur existence politique. Ce processus de subjectivation politique est possible lorsque les sujets font l’expérience d’« évènements fondateurs » (comme le cas d’études ici présenté du Forum social mondial), qui leur permet de devenir des acteurs de leur propre histoire.

 

Publications

Articles – revues spécialisées avec comité de lecture

Furukawa Marques Dan,  “A Dialética do Conflito ou como Equilibrar Interesses Individuais e Coletivos em um Comunidade Cooperativa”, Insurgência: Revista de Direitos e Movimentos Sociais, automne 2019, sous presse.

Furukawa Marques Dan, “La dignité du travail, fondation d’une communauté politique dans le Mouvement des sans-terre au Brésil” [avec Pascale Devette], Journal des Anthropologues, automne 2019, sous presse.

Furukawa Marques Dan, “Communauté et subjectivité politiques : la ‘mistica’ du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) et la phénoménologie politique de Maurice Merleau-Ponty”, Politique et sociétés, automne 2019, sous presse.

Furukawa Marques Dan, “Processus de radicalisation et radicalité au quotidien : discours et pratiques des communautés rurales au Brésil” [avec Marie-Josée Massicotte], Lien social et politiques, 68, 2012, p.167-193.

Chapitres de livres

Furukawa Marques Dan, “The Conflictual Underpinnings of Solidarity Building: The Case of the Brazilian Landless Movement’s International Brigades and Formation Schools” [avec Claire Lagier], in Pascale Dufour; Janet Conway; Dominique Masson (dir.), Transnational Objects, Activist Solidarities, Feminist Analytics [titre provisoire], 2020, accepté pour publication.

Furukawa Marques Dan, “Political Phenomenology as Ethnographic Method”, in Marc Crépon; Emmanuel de Saint Aubert, Jérôme Mélançon (dir.), Relations and Institutions : The Political Implications of Merleau-Ponty’s Work [titre provisoire], 2020, accepté pour publication.

Furukawa Marques Dan, “Chantal Mouffe, Claude Lefort et l’expérience du monde”, in Linda Cardinal et Pascale Devette (dir.), Chantal Mouffe et le politique, Ottawa, Éditions Invenire, 2015, p.113-138.

Articles de vulgarisation

Furukawa Marques Dan, “Un Brésil entre crises et révoltes”, Revue Relations, 781, décembre 2015.

Furukawa Marques Dan, “Política, mobilizações brasileiras e o individualismo antipartidário”, Monde Diplomatique Brasil, 6 août 2013.

Furukawa Marques Dan, “‘Dieu, famille, patrie’ et Sa Majesté à l’ère Harper”, Les nouveaux cahiers du socialisme, 9, 2013 : 145-151.

Furukawa Marques Dan, “L’‘assistencialisme’ brésilien et la désolidarisation”, site web de l’Institut de recherche socio-économique (IRIS), 10 juin 2013.

Furukawa Marques Dan, “Division, indignation et fondation : le phénomène Occupons et la ‘décence ordinaire’”, Les Nouveaux cahiers du socialisme, 8, 2012 : 189-195.

Furakawa Dan, “Liberty Park : l’Agora d’Occupons Wall Street”, Courrier des lecteurs du journal Le Monde, 9 novembre 2011.

Furukawa Marques Dan, “Le Forum social mondial, son rôle politique et le post- altermondialisme”, Regard critique : le journal des hautes études internationales (HEI), 4 (1), 2009.

Furukawa Marques Dan, “Crise financière : signe de déclin ou coup de force de l’empire américain ?”, Regard critique : le journal des hautes études internationales (HEI), 3 (3), 2008.

Furakawa Marques Dan, Tremblay, Michel, “Financiarisation et crise financière”, Regard critique : le journal des hautes études internationales (HEI), 3 (1), 2008.

Recensions

⇒ “ecension : Corten, André; Molina Vanessa, Images incandescentes. Amérique latine : violence et expression politique de la souffrance”, Montréal : Nota Bene, 2010, 207 p., in Revue canadienne de science politique, 45 (2), 2012, p.496-498.

“Recension : The Human Right to Water. Significance, Legal Status and Implications for Water Allocation, Inka T. Winkler, Oxford: Hart Publishing, 2012, 376 p., in Human Rights Quarterly, 35 (3), 2013, p.785-791.

“Recension : Chartier, Daniel, La spectaculaire déroute de l’Islande,” Québec : Presses de l’Université du Québec, 2010, 234 p., in Politique et sociétés, 31 (2), 2012, p.152-155.

Traductions – Chapitres de livres

Jurris, Jeffrey S. ; Smith, Jackie ; Social Forum Research Collective (traduit par Dan Furukawa Marques), “Nous sommes ceux que nous attendions : le premier Forum social États-Unis (USSF) mis en contexte”, in Marie-Josée Massicotte Raphaël Canet et Pierre Beaudet, l’Altermondialisme, Montréal : Éditions Écosociété, septembre 2010.

Correa Leite, José (traduit par Dan Furukawa Marques), “L’altermondialisme : présent et futur”, in Marie-Josée Massicotte ; Raphaël Canet et Pierre Beaudet, l’Altermondialisme, Montréal : Éditions Écosociété, septembre 2010.
 

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Penser l'intersectionnalité dans l'espace public

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 octobre 2019 - 09:30« Penser l'intersectionnalité dans l'espace public »18 Octobre 2019 -  9h30–18hCNRS Pouchet – 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris   Préprogramme9h30-9h45 : Accueil9h45-10h : Introduction de la journée par les organisateurs∙trices, Victor Albert Bla (...)(...)

Lire la suite

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en l'amphithéâtre François Furet. Pr (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr