L'équipe | Doctorants

Audran Aulanier

AA

Doctorant sous la co-direction de Johann Michel (CEMS/IMM EHESS) et de Dietmar Loch (sociologue, Lille I, CLERSé)

Titre de la thèse

« L'étranger.
Approches socio-phénoménologiques. »

 

Présentation des recherches

Une étude approfondie du phénomène de l'étranger, dans un but de compréhension, ferait perdre, au fur et à mesure de l'avancée de l'étude, son caractère d'étrangeté à notre objet. Ainsi, il ne serait plus possible dans un tel cadre d'étudier l'étrangeté, devenue familière, perdant ainsi ce piquant qui fait son intérêt et devenant un objet comme un autre. Nous voulons donc bâtir une xénologie, une science de l'étranger, qui ne soit pas une étude qui s'épuise elle-même. Pour cela, nous préférons la méthode de l'approche, d'approches plurielles, à celle de la tentative de compréhension du phénomène de l'étrangeté. La question principale est la suivante : « Si l'expérience de l'étranger réside dans l'accessibilité de l’inaccessible, comment pourrait-on rendre accessible son inaccessibilité, le faire devenir accessible tout en préservant cette inaccessibilité ? » (Bernhard Waldenfels, Topographie de l'étranger, Van Dieren 2009, p 116).

Suivant cette idée, le mouvement de notre recherche est donc double - il se compose à la fois:

1/ d'un élan principalement théorique, où le point central est un questionnement du statut de l'étranger, celui qui est de l'autre côté. Une piste à suivre serait de donner à l'étranger plus que le simple statut d'inconnu, de manque de connaissance à combler. L'étranger ne serait pas simplement l'homme étranger, ou même la culture ou le pays étranger, mais le ce à quoi je dois répondre lorsque je suis percuté par lui.

2/ d'une étude de terrain sociologique comparative sur les migrants, entre Lille et Mannheim. Un des buts du terrain sera donc d’étudier à la fois la manière dont l'enchevêtrement des cultures favorisé par des migrations accrues contourne les frontières existantes, et la façon dont la friction entre la représentation de l'étranger et sa rencontre peut participer à un basculement, à une transformation de l'étrangeté en hostilité. L'étude des migrants sera donc à cet égard fondamentale, en ce qu'ils sont une forme radicale d'expérience de l'étranger, qui se manifeste par une inquiétude (ici comprise comme un état incertain, pas forcément négatif) permanente dans chacune des sphères du propre. En tant qu'étranger radical, qui apparaît à brûle-pourpoint, le migrant ne se soumet à aucune universalité, et se préserve ainsi de toute appropriation– c'est pourquoi il nous paraît indispensable, dans le cadre de notre étude, d'étudier sociologiquement, à deux endroits précis, la manière dont les migrants sont perçus en tant que représentants de cas-limites de l'étrangeté.

Thèmes de recherche

  • Phénoménologie de l'étranger (notamment Waldenfels, Merleau-Ponty, Schütz)
  • Nationalisme, hostilité
  • Sociologie des migrations
  • Rapports entre philosophie et sciences sociales

Communications

♦ « Bref parcours autour de Günther Anders », intervention dans le cadre du séminaire « L'événement historique dans la conscience politique » à l’EHESS – 2 mars 2018.

♦ «L’aiguillon de l’étrangeté», intervention dans le cadre du festival « Jeunes chercheurs dans la cité » à Lille – 2 février 2018.

♦ « Devenir interculturel et hostilité - Enjeux du voyage migratoire », intervention dans le cadre du colloque « Voyage, représentations et conscientisation » à l'Université Moulay Ismaïl de Meknès (Maroc) – 22 décembre 2017.

♦ « Le rôle de l'imagination dans la perception de l'étranger », dans le cadre du séminaire « Imagination productrice, imagination historique, imaginaire social et politique » à l'EHESS – 13 novembre 2017.

♦ « Hantés  et  apeurés  par  l’étranger»,  intervention  au  Puy  de  la  recherche, colloque transdisciplinaire à Clermont-Ferrand – 8 juin 2017.

♦ « Contre l’eurocentrisme – réflexions autour  de Bernhard Waldenfels », intervention à l’université d’été «Philosophies européennes et décolonisation de la pensée » de l’Université de Toulouse Jean Jaurès (atelier9, « Eurocentrisme des théories critiques globalisées») – 27 août 2016.

Enseignements

→ Tutorat méthodologique des L1 philosophie et philosophie - sociologie, Université Lille III - Charles de Gaulle, second semestre 2016/2017 et année universitaire 2017/2018.

→ Professeur de philosophie au lycée Blaringhem de Béthune (une TS et une TSTMG), année scolaire 2017/2018.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team. Organisateurs :Johanne (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr