CECI n'est pas EXECUTE cems : Les inégalités au croisement de la philosophie et des sciences sociales. Perspectives critiques des sociétés contemporaines

Les inégalités au croisement de la philosophie et des sciences sociales. Perspectives critiques des sociétés contemporaines

♦ Audran Aulanier, doctorant à l'EHESS ( IMM-CEMS )
♦ Denise Celentano, doctorante à l'EHESS ( CMH )
♦ Felipe Linden, doctorant à l'EHESS ( CESPRA )
♦ Ricardo Milla Toro, doctorant à l'EHESS ( Centre Georg-Simmel )

Planning en cours de validation

Cet atelier se propose de se pencher sur les multiples occurrences du phénomène de l’inégalité, au croisement de la philosophie et des sciences sociales. En exploitant les ressources que les deux perspectives disciplinaires peuvent offrir, on pourra confronter la démarche empirique de la sociologie avec le regard critique et normatif propre à la philosophie. Dans cette perspective, nous nous proposons de mettre l’accent sur quatre axes principaux :

L’injustice
En quoi les inégalités seraient-elles injustes ? Quelles inégalités sont-elles acceptables, et pourquoi ? Les théoriciens de la justice distributive répondent à ces questions chacun par ses critères : le principe de différence, l’égalité des ressources comme compensation pour la malchance, etc. Toutefois, durant les dernières années, les contestations de la manière distributive de répondre aux inégalités ont monté : il est désormais évident que les inégalités économiques n’épuisent pas la question. Comment le champ des inégalités et le vocabulaire de l’injustice se sont-ils enrichis ? Quels outils la philosophie peut-elle fournir pour les comprendre, les questionner, les transformer ?

La migration
Il y a une asymétrie constitutive dans l’expérience de la migration : une asymétrie de ressources, mais aussi de pouvoir, de statut, de liberté. Nous proposons de compléter une approche sociologique décrivant ces inégalités de manière empirique avec une approche plus philosophique sur le statut de l’étranger dans la migration. Une piste à suivre serait de donner à l'étranger plus que le simple statut d'inconnu, de manque de connaissance à combler. L'étranger ne serait pas simplement l'homme étranger, ou même la culture ou le pays étranger, mais le ce à quoi je dois répondre lorsque je suis percuté par lui. Comment alors concilier cette définition de l’étranger comme une expérience avec l’étranger représenté dans la figure du migrant ?

Pouvoir et conflit
Le pouvoir est par définition inégalitaire. Dans les dernières années, les inégalités de pouvoir et les conflits politiques qui en découlent sont de plus en plus conceptualisés par des grammaires dites « populistes ». Ces dernières exacerbent l’opposition entre « nous » et « eux », d’où la représentation du champ politique comme divisé entre un peuple présumé détenteur de pureté morale et une élite corrompue. Quels sont les enjeux de ce changement ? Et le « populisme », notion utilisée à tort et à travers, serait-t-il un phénomène nécessairement négatif ?

Égalité et liberté
La géographie des inégalités étant de plus en plus complexe, le problème classique du rapport entre liberté et égalité s’enrichit de difficultés ultérieures. Quels nouveaux espaces théoriques et politiques sont possibles pour repenser cette articulation ? Comment dépasser cette opposition, et repenser ces notions comme mutuellement nécessaires dans le XXIe siècle ? De Isaiah Berlin à Axel Honneth, les articulations possibles de la liberté et de l’égalité ne cessent pas de poser de nouveaux défis aux inégalités.

Si possible, chaque thème donnera lieu à deux séances, sans que cela nous empêche, durant les discussions, de réfléchir à leur articulation. Le but de l’atelier sera de se donner des outils, autant pratiques que théoriques, en regardant aussi bien du côté de la philosophie que des sciences sociales. Chaque séance pourra confronter étude théorique et enquête de terrain, pour nous aider respectivement à renforcer nos recherches. L’atelier se veut donc un lieu ouvert de réflexions qui nous permettent d’affuter nos outils de chercheur-e-s. L'intérêt de cet atelier pour les doctorant-e-s et les étudiant-e-s de master est d'être un espace ouvert et auto-géré pour la discussion de nos recherches et le renfort mutuel.

Renseignements : contacter les organisateurs par courriel.

Niveau requis : M2.

Adresse(s) électronique(s) de contact : audran.aulanier(at)gmail.com, celentano.denise(at)gmail.com, lindenfelipe(at)gmail.com, ricardo.milla(at)pucp.pe

Page liée sur le site de l’EHESS : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2932/
 

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Les chercheurs et leurs pratiques : discours, savoirs, pouvoirs

Journée(s) d'étude - Lundi 11 juin 2018 - 09:00Researchers and their practices: discourses, knowledge, power3rd Workshop organized by Institut Marcel Mauss (IMM), Centre d’Étude des Mouvements Sociaux (CEMS), Groupe Sciences et Technologies (GST) and the ERC DISCONEX team. Organisateurs :Johanne (...)(...)

Lire la suite

"Social Reflexivity and Informalization"

Journée(s) d'étude - Jeudi 17 mai 2018 - 09:00Journée d'étude "Social Reflexivity and Informalization"17 mai 2018 - 9h-18h30Reid Hall. 4 rue de Chevreuse, 75006. Métro: Vavin ou Notre-Dame-des-Champs Cette journée d'étude, qui se déroulera en anglais, a pour vocation de faire dialoguer la notion (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr