L'équipe | Doctorant.e.s

Aude Franklin

AF

Doctorante sous la co-direction de Michel Naepels (CEMS, EHESS) et Marie-Aude Fouéré (IFRA, IMAF, EHESS)

Titre de la thèse

Une anthropologie de la famille en situation d’exil – (Re)constructions, réajustements et productions des liens familiaux par les réfugiés congolais (RDC) et sud-soudanais à Kampala, Ouganda.

 

Résumé

Cette thèse s’intéresse aux enjeux familiaux en situation d’exil, à partir d’une ethnographie des espaces domestiques des réfugiés congolais et sud-soudanais dans la capitale de l’Ouganda, Kampala. Il s’agira d’étudier la famille comme une structure rétractable et extensible au gré des pressions extérieures (violences, déplacements, déclassement, dénuement matériel et affectif), une structure actualisée par les acteurs en réponse aux contraintes qui pèsent sur eux. La famille sera donc à prendre comme un processus en construction nécessitant l’adhésion de ses membres, rompant ainsi avec une lecture donnée et immédiate de la famille que la consanguinité suffirait à définir. Face à une myriade de contraintes qui fige les individus dans une impuissance d’agir, il s’agira de décrire les modalités par lesquelles les individus trouvent un regain d’action et de contrôle sur leur vie : la cellule familiale semble être le lieu d’expérimentation privilégié de ces pratiques. Par la (re)définition des rôles et la (re)construction des liens familiaux, les acteurs garantissent une stabilité économique, une sécurité physique et un équilibre existentiel, bien que précaires. Enfin, plutôt que de voir la famille comme une sphère positive, une ressource immuable contre les dangers du monde, je m’intéresserai aux rapports de domination internes, reconfigurés ou non par l’exil, et aux formes d’accommodements et d’adhésion des acteurs à la cellule familiale, modifiées (parfois détruites) par l’expérience subjective et collective de la violence et du déplacement.
 

Mots-clés : Anthropologie de la violence ; famille ; liens familiaux ; déplacements forcés ; exil ; Kampala/Ouganda ; Kivu/RDC ; Equatoria/Soudan du Sud.
 

Contrat de recherche

► Contrat doctoral CNRS à mobilité internationale (2019-2022), entre l’IFRA (l’Institut Français de Recherche en Afrique) de Nairobi et le CEMS, dans le cadre de l’axe 1 « Vivre, participer, expérimenter ».
 

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Penser l'intersectionnalité dans l'espace public

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 octobre 2019 - 09:30« Penser l'intersectionnalité dans l'espace public »18 Octobre 2019 -  9h30–18hCNRS Pouchet – 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris   Préprogramme9h30-9h45 : Accueil9h45-10h : Introduction de la journée par les organisateurs∙trices, Victor Albert Bla (...)(...)

Lire la suite

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en l'amphithéâtre François Furet. Pr (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr