CECI n'est pas EXECUTE cems : Soutenance de thèse de Virginia Santilli

Soutenance de thèse de Virginia Santilli

Virginia Santilli a soutenu à l'EHESS sa thèse intitulée

Mises en crise et (re)mises en ordre des circuits de financement du logement social en France et en Italie. Les conceptions du social de 1947 à 2018

et préparée sous la direction de Eve Chiapello,

le 7 décembre 2020, devant un jury composé de :

♦ Lavinia BIFULCO, professoressa ordinario, Università di Milano-Bicocca

♦ Corine EYRAUD, maîtresse de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, HDR (Rapportrice)

♦ Ludovic HALBERT, chargé de recherche au CNRS

♦ Frédéric LEBARON, professeur à l’École normale supérieure Paris-Saclay (Rapporteur)

♦ Valérie SALA PALA, professeure à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne

♦ Ève CHIAPELLO, directrice d'études à l’EHESS (Directrice de thèse)

 

Présentation de la thèse

Résumé

Cette thèse retrace l’histoire de deux organismes de logement social, l’un français, l’autre italien, depuis l’après deuxième guerre mondiale. Prenant appui sur les deux études de cas, ce travail cherche à remonter le fil des transformations des circuits de financement du logement social et des conceptions du social qui traversent les politiques publiques du logement françaises et italiennes.

Le récit historique met au premier plan l’analyse des flux d’argent qui circulent au sein des organismes. Inspirée par les travaux de Zelizer, la thèse part du principe selon lequel l’argent n’est pas neutre mais est « marqué » par les acteurs entre lesquels ils circulent. Ses modalités de collecte, de distribution et d’usage reflètent des relations sociales, opèrent des distinctions, incarnent les représentations et valeurs des acteurs, matérialisent des rapports de domination. En suivant l’argent du logement social, nous proposons de construire une histoire qui explique les transformations des organismes au travers (1) des changements des flux d’argent qu’ils reçoivent - subventions à la construction, loyers, prêts, marchés financiers, aide à la personne, etc.- (2) des activités qui sont permises par cet argent - construction, vente, rénovation, gestion locative - et (3) des justifications qui les accompagnent - loger des ouvriers, résorber le chômage, soutenir le secteur immobilier, aménager la ville, etc. Nous illustrons comment se fabrique la « mise en crise » de circuits de financement. Les flux d’argent, activités et justifications peuvent faire l’objet d’intenses critiques qui entrainent la réduction voire la suppression du financement. En parallèle, de nouveaux flux peuvent prendre forme, se combiner et rendre possible une « remise en ordre » par la fabrication d’un nouveau circuit de financement. Il s’agit donc de refaire l’histoire des transformations des politiques du logement social par le bas sur le long terme. Enfin, nous montrons comment les circuits de financement des deux organismes s’inscrivent dans des conceptions du social. La comparaison diachronique des circuits a permis d’identifier au cours de l’enquête quatre conceptions du social successives - les conceptions du social insérée, dissociée, autofinancée et valorisée - qui façonnent de façon similaire les politiques du logement social dans deux contextes institutionnels pourtant contrastés.

L’enquête s’appuie sur une immersion de quatre mois au sein de chaque organisme sous forme de stage. L’observation participante a facilité la collecte des rapports de gestion et des comptes économiques, fondamentaux à l’étude des flux de financement, complétée par la consultation des archives des administrations publiques en relation avec les deux organismes et l’étude de littérature grise publiée par les acteurs du logement social (n=253). En outre, une campagne d’entretiens auprès de dirigeants et employés des deux bailleurs étudiés a été réalisée, ainsi qu’auprès d’acteurs publics, d’associations représentantes des organismes et d’autres bailleurs sociaux (n=73).

Mots clefs : Circuit de financement, Organisme HLM, Argent, État social, Comptabilité.

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Penser l'intersectionnalité dans l'espace public

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 octobre 2019 - 09:30« Penser l'intersectionnalité dans l'espace public »18 Octobre 2019 -  9h30–18hCNRS Pouchet – 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris   Préprogramme9h30-9h45 : Accueil9h45-10h : Introduction de la journée par les organisateurs∙trices, Victor Albert Bla (...)(...)

Lire la suite

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en l'amphithéâtre François Furet. Pr (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr