Actualités |

Jean Pierre Serna Zerpa soutiendra sa thèse de doctorat intitulée

Kadifekale à l'heure de son aménagement : ethnographie d'un aménagement urbain

et préparée sous la direction de Baudouin Dupret, le 30 septembre 2022, en visiofonférence, devant un jury composé de :

♦ M. Baudouin Dupret (Directeur de thèse), CNRS

♦ Mme Myriam Ababsa, Institut français du Proche Orient

♦ M. Hamit Bozarslan, EHESS

♦ M. Eric Denis, CNRS

♦ Mme Marie Ladier-Fouladi, CNRS

♦ M. Jean-François Pérouse, Université de Toulouse Jean-Jaurès

♦ Mme Aysen Uysal, IEP Paris

 

Présentation de la thèse

La colline de Kadifekale se situe dans le centre historique de la ville d'Izmir, en Turquie. Habité depuis plus de deux milles ans, cet espace urbain a été transformé radicalement au début du XXIème siècle. De vastes zones occupées par des habitats précaires ont été démolies en faveur des explorations archéologiques et d’espaces verts. La Mairie métropolitaine poursuit l'objectif de retrouver, restaurer, voire reconstruire, le patrimoine antique et historique pour développer le tourisme international jusque-là happé par les sites prestigieux de la région. Cet argument économique est renforcé par le désir d’effacer l’histoire récente de Kadikekale, à savoir son peuplement par une majorité de ruraux kurdes, de Roms et de réfugiés de guerre pour retrouver l’image mythique d’une Smyrne ancienne qui a façonné l’identité collective. Les habitants de la colline sont ignorés et à l’écart de toute planification : entre les années 2000 et 2013, plus de 3000 familles ont été contraintes de partir et leurs voisins, témoins des expropriations et des démolitions, vivent dans l'incertitude. La transformation de la colline et la manière dont elle s'est déroulée posent la question du choix des patrimoines à conserver et de la mémoire historique et culturelle à préserver. Sur la base d'une enquête ethnographique réalisée entre 2014 et 2015, cette thèse révèle les différentes implications de la transformation d’un point de vue historique, politique et social. Elle brosse différents portraits de la colline, complémentaires et interdépendants, pour illustrer à la fois comment ce territoire est transformé, perçu, habité et occupé. Trois interrogations sont le fil conducteur de cette enquête : Qui habite la colline ? Comment ces habitants se perçoivent-ils et comment sont-ils perçus ? Comment se déroule la vie quotidienne à l'heure de cet aménagement et comment celui- ci est entendu par tout un chacun ?

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr