David Amalric

david.amalric@ehess.fr

DoctorantCentre d'étude des mouvements sociaux

► Doctorant contractuel sous la direction de Daniel Cefaï

Titre de la thèse

Protester, occuper, s'engager dans la région portuaire de Rio de Janeiro.
Ethnographie politique et écologie urbaine des activités contestataires

Résumé de la thèse

Cette recherche se propose d'étudier la construction de plusieurs activités contestataires dans les quartiers portuaires de Gamboa et Santo Cristo à Rio de Janeiro, autour de la favela de Providência, entre 2008 et 2018. Elle est centrée sur l'ethnographie détaillée d'une mobilisation, l'occupation par ses élèves d'un lycée situé au pied de la favela, à l'automne 2016, dans le cadre d'un mouvement lycéen de grande ampleur dans l'État de Rio de Janeiro. Mais elle s'intéresse également de près aux mouvements des occupations de mal-logés de la zone portuaire, à la mobilisation des habitants de Providência contre les démolitions prévues par la mairie dans le cadre de la rénovation urbaine, ainsi qu'aux activités de plusieurs collectifs militants présents dans la région (ciné-clubs, groupes d'éducation populaire, mouvements contre les violences policières).

Cette recherche accorde une large place à l'étude de l'inscription de ces activités dans l'espace, sous une triple dimension – comme cadre, comme enjeu et comme moyen d'action. Elle tente pour ce faire d'esquisser les éléments d'une écologie urbaine de la région portuaire sous l'angle de sa « revitalisation » et de sa « pacification » inachevées, et d'éclairer depuis cette perspective les transformations récentes de la ville autant que les réponses contestataires qu'elles suscitent. Mais il s'agit également d'observer à partir de ce lieu précis l'émergence de nouvelles manières de se mobiliser, de s'identifier et de s'engager, telles qu'elles sont apparues ces dernières années dans une conjoncture marquée par l'organisation des grands événements sportifs (Coupe du monde et Jeux olympiques), par l'après-coup des journées de juin 2013, et par la crise économique et politique que traverse le pays à partir de 2015.

L'utilisation des nouvelles technologies et l'invention de nouveaux modes d'action dans les favelas et les espaces marginalisés de la ville constituent un objet d'analyse privilégié, avec pour arrière-plan les rapports ambigus (de transmission mais aussi de conflit) qui existent entre les différentes générations d'acteurs militants, ainsi que l'évolution de leurs catégories de dénonciation et d'identification.

Tous les contenus associés