Les membres | Membres émérites

Albert Ogien

AO

Directeur de recherche CNRS émérite

Coordonnées

190-198 Avenue de France 75013 Paris

Bureau 556

albert.ogien[at]ehess.fr

01 49 54 25 94

Présentation des recherches

Albert Ogien est directeur de recherches au CNRS et directeur de l’Institut Marcel Mauss de l’EHESS. Ses travaux portent aujourd’hui sur trois thèmes : l’extension et les effets du phénomène gestionnaire dans l’organisation de l’activité de gouvernement et dans la définition de l’action publique (en examinant la mathématisation du monde social et la substitution des catégories de raisonnement gestionnaire aux catégories du raisonnement politique) ; l’analyse des mouvements de protestation politique extra-institutionnelle (rassemblements et occupations de places, contestations des pouvoirs, mobilisations transnationales, insurrections civiles, activisme informatique, désobéissance civile, création de nouveaux partis) qui se développent actuellement ; le développement d’une démarche de sociologie analytique, qui exige un travail théorique (autour de l’ethnométhodologie, l’interactionnisme réaliste, du pragmatisme et de la philosophie du langage ordinaire) et une réflexion méthodologique (autour des outils et des objets de l’ethnographie de nature sociologique).

 

Publications (depuis 2000)

Livres, direction d'ouvrages et direction de numéros spéciaux de revues

2014

♦ OGIEN Albert & Sandra Laugier, Le Principe démocratie. Enquête sur les nouvelles formes du politique, Paris, La Découverte, 2014.

2013

♦ OGIEN Albert, Désacraliser le chiffre dans l’évaluation du secteur public, Paris, Quae (« Sciences en questions »), 2013, 120 p.
présentation de l'ouvrage

2012

♦ OGIEN Albert, Sociologie de la déviance, Paris, PUF (« Licence »), 2012, 320 p.
présentation de l'ouvrage

2011

♦ OGIEN Albert & M. de Fornel, Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éd. de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 21), 283 p.
présentation de l’ouvrage

♦ OGIEN Albert & Sandra Laugier, La désobéissance civile,Paris, La Documentation française (« Problèmes politiques et sociaux »), 2011.

♦ OGIEN Albert & Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, La Découverte, 2010 (nouvelle édition au format de poche, 2011)

2010

♦ OGIEN Albert & Sandra Laugier, Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, Éd. de la Découverte, 256 p.
présentation de l’ouvrage

2009

♦ OGIEN Albert & Ch. Chauviré, L. Quéré, Dynamiques de l’erreur, Paris, Ed. de l'EHESS, (« Raisons Pratiques », 19), 2009.
présentation de l’ouvrage.

2008

♦ OGIEN Albert,Las formas sociales del pensiamento, 2008, (traduction en espagnol de : Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein, Paris, Armand Colin, mars 2007, 189 p.)

2007

♦ OGIEN Albert, Les règles de la pratique sociologique, Paris, PUF, 2007, 288p.

♦ OGIEN Albert, Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein, Paris, Armand Colin, mars 2007, 189p.
présentation de l’ouvrage

2006

♦ OGIEN Albert & L. Quéré, Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica (Coll. « Etudes sociologiques »), 2006, 236p.

2005

♦ OGIEN Albert (dir.), Le vocabulaire de la sociologie de l’action, Paris, Ellipses, Ed. Marketing, (Coll. « Vocabulaire de... » dirigée par J.-P. Zarader), février 2005, 131p.

2002

♦ OGIEN Albert & Ch. Chauviré (dir.), La Régularité. Habitude, dispositions et savoir-faire dans l'explication de l'action, Paris, Ed. de l'EHESS, (Coll. « Raisons Pratiques »), 13, 2002.
présentation de l’ouvrage.

2001

♦ OGIEN Albert, M. de Fornel & L. Quéré (dir.), L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte, 2001, 444p.

 

Contribution à des ouvrages collectifs

2016

♦ OGIEN Albert, « Qu’est-ce qui fait valeur dans notre société ? », in B. Bosquet (éd.), La fièvre de l’évaluation, Lille, Presses du Septentrion, 2016.

2015

♦ OGIEN Albert, « Quand le mouvement social se donne un parti », in Nouveaux mouvements sociaux, partis politiques et syndicats : une nouvelle donne, Actes FGP, Paris, 2015, p.137-146.

♦ OGIEN Albert, « Doubt, Ignorance and Trust», in M. Gross & L. McGoey (dir.), Routledge Handbook of Ignorance Studies, Routledge, Londres, 2015, p. 192-198.

♦ OGIEN Albert,« Durkheim en sociologue de la connaissance », in C. Bonicco, P. Charbonnier, M. Plouviez & G. Salmon (eds.), Durkheim et ses usages dans les sciences sociales, Paris, Presses de la Sorbonne,  (à paraître).

2014

♦ OGIEN Albert,« L'Etat évalué », in B. Cassin (ed.), Derrière les grilles, Paris, Mille et une nuits, 2014, p. 51-63.

2012

♦ OGIEN Albert, « Les affinités pragmatiques », dans D. Céfaï et L. Perreau (eds), Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, PUF, 2012.

♦ OGIEN Albert, « La perspective de l’ordinaire »,in G. Bronner & R. Keucheyan (dir.), La théorie sociale contemporaine, Paris, PUF, 2012, p. 165-179.

2011

♦ OGIEN Albert, « L'antinomie oubliée, ou la critique sociale a-t-elle besoin d'une théorie de la pratique ? », in M. de Fornel & A. Ogien (dir.), Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éd. de l'EHESS («  Raisons Pratiques », 21), 2011, p. 135-154.

2010

♦ OGIEN Albert, « Créativité de l’objet, inventivité des données. L’imagination sociologique dans et pour l’enquête de terrain », in B. Olszewska, M. Barthélémy & S. Laugier (dir.),Les données de l’enquête, Paris, PUF (« CURAPP »), 2011, p. 109-123.

♦ OGIEN Albert, « Sociologie de l’action »,in Traité de sociologie, Craiova, Presses Université de Craiova, 2010.

2009

♦ OGIEN Albert, « Le non lieu de l’erreur », in C. Chauviré, A. Ogien & L. Quéré (dir.), Dynamiques de l’erreur, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 19), 2009, p. 111-131.

♦ OGIEN Albert, « Intention-in-Interaction », in F. Grammont, D. Legrand et P. Livet (dir.), Naturalizing Intention in Action, MIT Press, Columbia, 2009, p. 247-266.

♦ OGIEN Albert, « La perfection gestionnaire. Rhétorique de l’efficacité et démocratie », in C. Olivier-Yaniv et M. Rinn (dir.), Communication publique et gouvernement du social, Grenoble, PUG, 2009, p. 49-66.

♦ OGIEN Albert, « Les pauvretés de la sociologie », in A. Leroux & P. Livet (dir.), La pauvreté dans les pays riches, (Leçons de philosophie économique, Tome IV), Paris, Economica, 2009, p. 73-96.

♦ OGIEN Albert, « Du sens commun comme d'une sorte de faculté de juger », in C. Gautier & S. Laugier (dir.), Normativités du sens commun, Paris, PUF, 2009, p. 445-463.

♦ OGIEN Albert, « Le concept d'efficacité en mode gestionnaire », in G. Fischman (dir.), L'Évaluation des psychothérapies et de la psychanalyse, Paris, Éd. Masson (coll. « Psychologie »), 2009, p. 33-42.

2008

♦ OGIEN Albert, « Du sens commun comme d’une faculté de juger », in C. Gautier & S. Laugier (dir.),Les voies du sens commun,Paris, PUF, 2008, p. 497-515.

♦ OGIEN Albert, « Durkheim et les ethnométhodologues », in M. de Fornel et C. Lemieux (dir.), Naturalisme versus Constructivisme, Paris, Ed. de l’EHESS, 2008 (Coll. « Enquête »), p. 107-119.

♦ OGIEN Albert, « Arithmétique de la liberté. La mesure des "capacités" et ses paradoxes », in J. de Munck et B. Zimmermann (dir.), La liberté au prisme des capacités. Amartya Sen au-delà du libéralisme, Paris, Ed. de l’EHESS, 2008 (Coll. « Raisons pratiques » 18), p. 81-111.

2006

♦ OGIEN Albert, « Eléments pour une grammaire de la confiance », in A. Ogien et L. Quéré (dir.) Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica (Coll. « Etudes sociologiques »).

♦ OGIEN Albert,  « Sur un antagonisme entre principes de solidarité et d'altérité », in A. Leroux et P. Livet (dir.), Leçons de Philosophique économique, Paris, Economica, 2006, p. 306-330.

2005

♦ OGIEN Albert, « Une sociologie de la connaissance ordinaire », in N. Ramognino, P. Vergès (dir.), Sociologie et cognition sociale, Aix en Provence, Publications de l'Université de Provence, 2005, p. 53-80.

2002

♦ OGIEN Albert, « Qu'est-ce qu'un problème de santé publique ? », dans C. Faugeron & M. Kokoreff (dir.), Société avec drogues, Toulouse, Erès, 2002.

♦ OGIEN Albert, « Les dispositions comme éventualités. Une conception sociologique de l'anticipation », in Ch. Chauviré & A. Ogien (dir.), La Régularité. Habitude, dispositions et savoir-faire dans l'explication de l'action, Paris, Ed. de l'EHESS, (Coll. « Raisons Pratiques »), 13, 2002.

♦ OGIEN Albert, « Une critique sans histoire et sans institutions ? », in J. Lojkine (dir.), Les sociologies critiques  du capitalisme, Paris, PUF, 2002.

2001

♦ OGIEN Albert,  « L’autre sociologie », in M. de Fornel, A. Ogien et L. Quéré (dir.), L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte, 2001, p. 391-419.

2000

♦ OGIEN Albert, « Médecine, santé et gestion. Le travail de l’information médicale », in G. Cresson et F. X. Schweyer (dir.), Professions et institutions de santé face à l’organisation du travail, Rennes, Éd. de l’ENSP, 2000, p. 133-148.

 

Articles

2016

♦ OGIEN Albert, « Obligation et impersonnalité. Durkheim, Wittgenstein et la notion de social »,  Raison Publique, 2016 (à paraître).

♦ OGIEN Albert, « Inquiry as Practice », Osterreicher Zeitschrift für Sociologie, 2016 (forthcoming).

♦ OGIEN Albert, « Obligation and Impersonality. Wittgenstein and the nature of the social », Philosophy of the Social Sciences, 2016 (forthcoming)

♦ OGIEN Albert, « Durkheim as a Sociologist of Knowledge. Rudiments of a Reflexive Theory of the Concept », Journal of Classical Sociology, 16 (1), 2016, p.7-20.

♦ OGIEN Albert, « Wittgenstein’s Puzzle. Forms of Life in a Sociological Perspective », Iride, 2016.

2015

♦ OGIEN Albert, « Populisme et populaire », Multitudes, 61, 2015, p.45-58 (avec Sandra Laugier).

♦ OGIEN Albert, « La démocratie comme revendication et comme forme de vie », (tradução língua portuguesa : Agripa Faria Alexandre), Revista Internacional Interdisciplinar INTERthesis, 12 ( 2), 2015, p.279-300

♦ OGIEN Albert, « A Critica ao sistema representativo e ao capitalismo financeirizado », IHU On-Line Revista do Institudo Humanitas Unisinos, XV (468), 2015, p.89-94

♦ OGIEN Albert, « La désobéissance civile peut-elle être un droit ?», Droit et société, 91 (3), 2015, p.579-592.

♦ OGIEN Albert, « Pragmatism’s Legacy to Sociology Respecified », European Journal of Pragmatism and American Philosophy, VII (1), 2015, p.77-97.

♦ OGIEN Albert, « La démocratie comme revendication et comme forme de vie », Raisons Politiques, 2015, p.31-47.

♦ OGIEN Albert, « Quand agir, c’est penser. Certitude, conviction et connaissance directe », Intellectica, 2015, 63, p.15-35.

♦ OGIEN Albert, « Une République du XXIe siècle » (avec S. Laugier), Multitudes, 59, 2015, p.94-103.

2014

♦ OGIEN Albert, « Politique de la rue et politique des urnes », Russian Sociological Review, 13 (1), 2014, p.26-37 (en français) [en traduction russe : « Уличная политика и политика голосования », p.38-51].

♦ OGIEN Albert, « Revenir à l’ordinaire. L’exercice de la connaissance en situation d’intervention », Raison publique, 2014.

♦ OGIEN Albert, « Pragmatismes et sociologies », Revue française de sociologie, 55 (3), 2014, p. 561-576.

♦ OGIEN Albert, « Pragmatisms and Sociologies », Revue française de sociologie (English version), 55 (3), 2014,  p. 414-428.

2013

 ♦ OGIEN Albert, « Qu’est-ce qui fait valeur dans notre société ? », Archimède, 2013.

 ♦ OGIEN Albert, « Ce que la communication publique ne communique pas », Parole publique, 2, 2013.

♦ OGIEN Albert, « Un mondo en efervescencia politica », Ecuador Debate, 89, 2013, p.41-50.

♦ OGIEN Albert, « Un monde en effervescence politique », Universitas, 19, 2013.

♦ OGIEN Albert, « Garfinkel Reading Mead. What Should Sociology Do with Social Naturalism ?», Austrian Journal of Sociology, 38 (1), 2013, p.97-113.

♦ OGIEN Albert, « Durkheim as a Sociologist of Knowledge », Journal of Classical Sociology, 2013.

2012

 ♦ OGIEN Albert, « La non-violence est-elle politique? », Multitudes, 53, 2012.

2011

♦ OGIEN Albert, « Évaluer et valoriser. Une sociologie économique de la mesure », Sociologie du travail, 1, 2011, p. 427-429.

♦ OGIEN Albert,« Les sciences cognitives ne sont pas des sciences humaines », SociologieS (Débats, Le naturalisme social), octobre 2011.

2010

♦ OGIEN Albert, « Les promesses de la grammaire », Archives européennes de sociologie, LI, 3, 2010, p. 486-495.

♦ OGIEN Albert, « Normativité sociale et normativité neuronale. La découverte de “neurones miroirs” et ses usages en sociologie », Revue française de sociologie, 51 (4), 2010, p. 667-692.

♦ OGIEN Albert, « La valeur sociale du chiffre. La quantification de l'action publique entre performance et démocratie », Revue française de socio-économie, 5, 2010, p. 19-40.

♦ OGIEN Albert, « Opposants, désobéisseurs et désobéissants », Multitudes, 41, 2010, p. 186-194.

♦ OGIEN Albert, « Unité et variété de l’ethnométhodologie », Cahiers d’Ethnométhodologie, 4, 2010, p. 7-19.

2009

♦ OGIEN Albert,« Confusion dans l'évaluation », Psychiatrie française, 4, 2009, p. 7-18.

♦ OGIEN Albert, « L’hôpital saisi par la quantification. Une analyse de l’usage gestionnaire de la notion de qualité », Sciences de la société, 76, 2009, p. 31-51.

♦ OGIEN Albert, « Rules and Details », The Journal of Classical Sociology, vol.9 (4), 2009, p. 449-473.

♦ OGIEN Albert, « Métamorphose de l'autonomie : l'université, de la rationalisation à la concurrence », Quaderni, 69, (« Universités sous influence du numérique et du management »), printemps 2009, p. 11-27.

2008

♦ OGIEN Albert, « A quoi sert l’ethnométhodologie », Critique, 737, 2008.

2007

♦ OGIEN Albert, « La gouvernance ou le mépris du politique », Cités, 2007

2006

♦ OGIEN Albert, « Connaissance ordinaire », « Contrôle social » et « Pluralisme méthodologique », in S. Mesure et P. Savidan (dir.), Dictionnaire des sciences sociales, Paris, P.U.F., 2006

2005

♦ OGIEN Albert, « “Confiance” en régime démocratique et en régime totalitaire », Archives Européennes de Sociologie, vol. III, 2005.

♦ OGIEN Albert, « L'ambition retrouvée de la sociologie », Critique, (« Présence de Foucault »), 966, 2005, p. 404-417.

2001

♦ OGIEN Albert, « L’efficacité de la norme. Déviance et discipline en entreprise », Sciences sociales et entreprises, 1 (1), 2001.

♦ OGIEN Albert, « Le système RMO, la maîtrise des dépenses de santé et les paradoxes du contrôle », Revue française des Affaires sociales, 4, 2001.

2000

♦ OGIEN Albert, « La volonté de quantifier. Conceptions de la mesure de l’activité médicale », Annales, 2, 2000, p. 283-312.

♦ OGIEN Albert, « Sociologie de la déviance et usages de drogues. Une contribution de la sociologie américaine », Documents du GDR Psychotropes, Politique, Société, 5, Paris, 2000.

♦ OGIEN Albert, « Le double sens de l’interprétation », Revue suisse de sociologie, 26 (3), 2000, p. 485-505.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Internationalisaton de la recherche scientifique

Débat - Mardi 18 octobre 2016 - 14:00

La Revue française de sociologie, les Presses de Sciences Po, le Centre d’Etude des Mouvements Sociaux et le Groupe Sciences et Technologies de l’Institut Marcel Mauss (UMR CNRS-EHESS) sont heureux de vous convier à assister à une table ronde qui se déroulera le 18 octobre 2016, de 14h à 16h, à l’EHESS, 190 avenue de France à Paris (salles 640-641 au 6e étage), à l’occasion de la parution du dernier numéro de la Revue française de sociologie consacré à l’internationalisaton de la recherche scientifique, coordonné par Michel Dubois, Yves Gingras et Claude Rosental.

Lire la suite

“Medicalized” Childbirth as a Public Problem

Journée(s) d'étude - Jeudi 29 septembre 2016 - 09:00

Obstetrical knowledge, technologies and practices have dramatically transformed women’s reproductive experiences worldwide. Medicalization of childbirth was accelerated in the 20th century by the displacement of childbirth from home to the hospital, and by the generalization of surgical techniques and pharmaceutical products. Medical interventionism took multiple, situated forms. Some countries (Brazil, China, Mexico, Turkey, Italy) normalized C-sections as a no-risk and no-pain alternative to “natural” birth; others, like France and Québec, generalized the use of epidural anesthesia; in many contexts, the induction of labor, its acceleration by oxytocin, and episiotomy became routinely employed techniques.

Lire la suite

Frontières

Journée(s) d'étude - Vendredi 03 juin 2016 - 09:00

Quand la demande d’abolition des frontières se fait pressante, qu’elle vienne des pouvoirs économiques ou de la société civile, que de multiples frontières et murs se recréent dans toutes les régions du monde, que des guerres sont à la fois localisées et déterritorialisées, il paraît nécessaire de revenir aux origines, lorsque le concept n’existait pas encore, aux raisons d’être qui ont été avancées pour les constituer, aux fonctions qui leur sont dévolues. Nous le ferons en examinant d’emblée le sens de la revendication contemporaine de leur abolition. Munis de ce bagage, nous cheminerons, depuis la pluralité des concepts utilisés par les historiens grecs jusqu’au sillon de Romulus, fondateur pour la mythologie juridique. Le mot frontière s’imposa lentement pour acquérir son sens actuel, et sa représentation – un trait sur une carte qui crée dans le même temps, des espaces séparés et des zones d’échanges. En droit constitutionnel, ce trait délimite un territoire, où vit un peuple, éventuellement avec des minorités ou/et des peuples autochtones, peuple sur lequel s’exerce, ou cherche à s’exercer, un pouvoir souverain. De l’autre côté du trait s’exerce un autre pouvoir souverain. Il y a donc un rapport spécifique entre le trait abstrait, sa matérialisation par des postes-frontières, check-points, murailles, la surface à l’intérieur du trait et l’institutionnalisation de formes de pouvoir et de gouvernement impliquant une administration, une justice, une fiscalité, un drapeau, une ou des monnaies, etc. Ces traits peuvent être contestés – ce sont les conflits frontaliers, chauds ou froids, qui se règlent par la force ou par le droit –, déplacés – que ce soit par la force ou par accord entre les parties, renforcés par des murs, coordonnés avec d’autres lorsque se forme une entité régionale comme l’Union européenne. Sans ce rapport entre le trait, la surface, le peuple et un pouvoir de jurisdictio, une politique consentie est-elle possible ?

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

190-198 Avenue de France 75013 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 86
        +33 (0)1 49 54 25 95
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr