CECI n'est pas EXECUTE cems : OP9 / Anciennes et nouvelles sciences de l’esprit

OP9 / Anciennes et nouvelles sciences de l’esprit

Anciennes et nouvelles sciences de l’esprit

 

Louis Quéré

 

Texte pour une conférence à l’Université de Besançon, 7 juin 2012.

 

Il y a quelques années, travaillant sur la confiance, d’un point de vue sociologique, je m’étais intéressé à la constitution de la confiance comme objet de recherche des neurosciences (Quéré, 2008). Celles-ci expliquent, expériences à l’appui, que la confiance dépend d’une hormone synthétisée par l’hypothalamus chez les mammifères, l’ocytocine. Celle-ci agit en tant que neuro-modulateur ; elle est, par exemple, impliquée dans l’accouchement et la lactation, et dans la reconnaissance de leurs petits par leur mère, l’attachement à eux, etc. Elle a été beaucoup étudiée par les neurosciences dites sociales, qui ont établi qu’elle est présente dans les régions du cerveau impliquées dans les émotions et les conduites sociales. On a conclu que l’ocytocine favorisait les conduites pro-sociales, tels la sympathie, l’altruisme, la confiance, la coopération, etc., et qu’elle développait les émotions sociales positives. Elle est devenue, dans les médias, l’hormone de l’amour, de l’attachement et de l’affiliation, voire de la morale.

Ce qui m’intéressait c’était de voir comment un phénomène socio-culturel, fait de pratiques et d’opérations, d’attitudes et d’affects déterminés, était transformé en un phénomène observable du cerveau. Dans l’étude que j’avais consacrée au sujet, j’avais porté l’attention sur la manière dont cette transformation était effectuée. Le point-clé était la production d’un concept de confiance opérationnalisable dans des expérimentations. Le principal moyen de cette production était emprunté à la théorie des jeux, et notamment aux « jeux de la confiance », qu’elle a récemment multipliés. Le premier mouvement de cette modélisation consistait à identifier peu ou prou la confiance à la coopération, la disposition à coopérer devenant à la fois l’indice et le résultat de la confiance. Cette manière de lier étroitement confiance et coopération repose finalement sur un choix arbitraire, qui ne tient pas compte de la structure et de la dynamique internes de la confiance. Dans ces conditions, lorsque les neuroscientifiques expliquent que « l’ocytocine accroît la confiance chez les humains » (titre d’un article important publié en 2005 – cf. Kosfeld et al., 2005), la confiance en jeu est une confiance de laboratoire de neuro-chimie ou de neuro-économie, ne correspondant que très vaguement à ce que nous mettons sous le concept ordinaire de confiance et aux expériences multiples et variées que nous pouvons avoir du processus de la confiance, de la création d’un lien de confiance, ou de l’entretien d’une relation de confiance. En fait ils ont substitué non seulement un concept à un autre, mais aussi, un objet à un autre (ce qui n’est d’ailleurs pas illégitime dans une démarche scientifique).

  • Pour lire la suite et accéder à l’article (au format pdf), cliquez ici

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Minimising Risks, Selling Promises?

Séminaires et conférences dans le monde - Jeudi 22 novembre 2018 - 09:00La conférence internationale est organisée par l'Université de Lausanne (UNIL) et l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS Paris). Elle se tiendra les 22 et 23 novembre 2018 à l'Université de Lausanne, salle Cub (...)(...)

Lire la suite

Minimising Risks, Selling Promises?

Séminaires et conférences dans le monde - Vendredi 23 novembre 2018 - 09:30La conférence internationale est organisée par l'Université de Lausanne (UNIL) et l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS Paris). Elle se tiendra les 22 et 23 novembre 2018 à l'Université de Lausanne, salle (...)(...)

Lire la suite

La condition blanche. Réflexion sur une majorité française

Journée(s) d'étude - Vendredi 29 juin 2018 - 08:30 Journée d’étude « La condition blanche. Réflexion sur une majorité française »organisée par Mathilde Cohen (CNRS-IMM-UConn) & Sarah Mazouz (CNRS-CERAPS) Vendredi 29 juin 2018,Salle 13, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris(salle 11 pour les pauses (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux – Institut Marcel Mauss

CEMS–IMM/UMR-8178

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 25 95
        +33 (0)1 49 54 25 82
Fax: +33 (0)1 49 54 26 70
cems@ehess.fr