Agenda |


	« Pour une science du langage au/du Brésil :  parcours et irruptions théoriques »

« Pour une science du langage au/du Brésil :  parcours et irruptions théoriques »

Soutenance de Marco Antonio Almeida Ruiz — 19 juin 2019

ALMEIDA RUIZ Marco Antonio

soutiendra sa thèse préparée sous la co-direction

de Johannes Angermuller (Université de Warwick/CEMS) et de Roberto Laiser Baronas (Université de São Carlos– Brésil),

le mercredi 19 juin 2019, à 10h (au Brésil) et à 14h (Paris),

à l’Université Fédérale de São Carlos (salle Auditorio da ADUFSCar), Rodovia Washington Luis, Km 235, SP-310, São Carlos/São Paulo. CEP: 13.565-905.

« Pour une science du langage au/du Brésil : parcours et irruptions théoriques »

Jury

► M. Johannes Angermuller (Directeur de thèse), Université de Warwick (UK)

► M. Roberto Leiser Baronas (Directeur de thèse), Université de São Carlos (Brésil)

► Mme Ligia Mara Boin Menossi de Araujo, Université de São Carlos (Brésil)

► M. Michel De Fornel, EHESS

► M. Dominique Maingueneau, Université Paris Sorbonne

► Mme Verli Fatima Petri da Silveira, Université Fédérale de Santa Maria (Brésil)

Résumé

Pendant longtemps, la linguistique au Brésil s’est essentiellement développée à partir de réflexions menées dans le cadre des modèles théoriques européens et nord-américains, dont le but était d'élire (ou d'importer) une certaine idée de la langue et de l'appliquer à des données en portugais. Actuellement, notre linguistique – la linguistique du Brésil –, peut-être plus mûre et établie, possède ses modèles propres qui prennent le langage comme objet de réflexion. Il ne s’agit donc pas pour nous de mettre l'accent sur l'une ou l'autre théorie, soulignant leurs points positifs ou négatifs, mais de reconnaître que les chercheurs brésiliens se sont abreuvés aux sources étrangères et les ont adaptées en profitant du meilleur de ce qui était bon. Dans un intéressant article de divulgation scientifique intitulé “Uma teoria brasileira do idioma”, publié dans la Revue Língua Portuguesa en avril 2012, Módolo et Braga parlent de certaines théories linguistiques développées par les chercheurs brésiliens ces dernières années, mettant notamment l'accent sur la Grammaire constructurale de la langue portugaise de Back et Mattos (1972), la Sociolinguistique paramétrique élaborée par Tarallo et Kato (1989) ou encore L’Approche multisystémique d’Ataliba Teixeira de Castilho (2010). Dans le domaine des études du discours, par exemple, nous observons des reformulations constantes et des propositions théoriques qui peuvent être considérées comme des approches « à la brésilienne », parmi lesquelles la Sémiologie de la chanson proposée par Luiz Tatit (2007), la Sémantique de l'événement d'Eduardo Guimarães (2005) ou la Théorie des stéréotypes de base et opposés (2010) de Sírio Possenti. Ces théories, bien qu'elles prennent chacune le discours comme objet d'observation, construisent leur objet théorique de façon tout à fait différente. Pour notre recherche de doctorat, nous entendons par études discursives un ensemble de disciplines qui prennent le langage, imbriqué dans ses différents ordres (linguistiques, énonciatifs, historiques) et manifesté dans différentes matérialités (verbales, visuelles, verbo-visuelles), pour objet d’étude. Dans ce sens, à partir des présuppositions théoriques de l'analyse du discours d’orientation française et, notamment, à partir des considérations sur la notion d’événement discursif et de récit de l'événement, proposées par Jacques Guilhaumou (2009), nous avons pour objectif d'investiguer l'écriture de l'histoire de l'analyse du discours dans notre pays, en prenant en considération les différents courants et les différentes théories qui se sont développés dans notre scénario après sa réception et son institutionnalisation en 1980, la constituant au moyen d’un réseau de recherche hétérogène capable de composer un champ singulier, celui des Études du discours. Ainsi, notre corpus est constitué de trois ouvrages de théories brésiliennes du discours, à savoir : Humor, língua e discurso (2010) de Sírio Possenti ; Ironia em perspectiva polifônica (2008) de Beth Brait ; et enfin, As formas do silêncio : no movimento dos sentidos (2007) d’Eni Orlandi. Ces récits, en plus de (re)visiter des théories étrangères, visent à proposer de nouvelles méthodologies de recherche sous de nouveaux angles, promouvant ainsi des réflexions sur la pratique scientifique elle-même – un événement métadiscursif – et une manière particulière de l’analyse de discours brésilienne.

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Débats participatifs « les discriminations LGBTQI dans le milieu professionnel ». Volume I

Débat - Jeudi 27 juin 2019 - 13:30Ces débats participatifs ont vocation à réfléchir collectivement sur la réalité des discriminations dans le milieu professionnel (notamment les institutions européennes, les organisations internationales, la diplomatie, l’enseignement supérieur, la recherche…), (...)(...)

Lire la suite

Mobilités sociales et migrations internationales

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 09:00Mobilités sociales et migrations internationalesColloque international organisé avec le soutien de l’Institut Convergences Migrations et du Labex Transfers,13 et 14 juin 2019, PSE (Paris).Ce colloque, invitant à penser les liens entre migrations international (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr