CECI n'est pas EXECUTE cems : Soutenance de thèse d'Adèle Blazquez

Soutenance de thèse d'Adèle Blazquez

Adèle Blazquez a soutenu sa thèse de doctorat intitulée :

"L'aube s'est levée sur un mort"
Anthropologie politique de la violence armée et de la culture du pavot à Badiraguato (Sinaloa, Mexique)

et préparée sous la co-direction avec Michel Naepels (DE-EHESS/DR-CNRS) et Yerko Castro Neira (Universidad Iberoamericana - Mexico, Ciencias Sociales y Políticas, Faculty Member),

le 16 octobre 2019, à l'EHESS, devant un jury composé de :

  • M. Yerko Castro Neira, professeur, Universidad Iberoamericana, Mexico (co-directeur de thèse)
  • Mme Elisabeth Claverie, directrice de recherche, Université Paris Nanterre
  • M. Claudio Lomnitz, professeur, Columbia University, New York (rapporteur)
  • Mme Birgit Müller, directrice de recherche, EHESS
  • M. Michel Naepels, directeur d'étude, EHESS (co-directeur de thèse)
  • Mme Valérie Robin Azevedo, professeure, Université Paris Descartes (rapporteure)

 

Résumé de la thèse

Dans une démarche d’anthropologie politique, cette thèse décrit l’expérience quotidienne des habitant.es de Badiraguato, une commune située dans l’État du Sinaloa (Nord-ouest du Mexique). Régulièrement présentée comme le « berceau du narcotrafic » et la base du « Cartel de Sinaloa », cette commune rurale et marginalisée est fortement affectée par la violence armée et son économie repose sur la production du pavot. À l’inverse de la focalisation commune sur l’État, les groupes armés et le narcotrafic, il s’agit de remettre ces acteurs et ces activités à leur juste place, dans ce qu’ils font au contexte social, pour qu’ils cessent d’être un déterminant préalable de sa lecture. À travers l’étude d’une configuration sociale située, l’articulation entre la stabilité de la politique institutionnelle et la violence armée apparaît constitutive de la condition de précarité dans laquelle les habitant.es sont pris.es. Ainsi, cette recherche tisse ensemble plusieurs dimensions : l’expérience quotidienne de la violence, les mises en sens dont font l’objet les actes violents et les rapports ambivalents de prédation, d’exploitation et de protection dans lesquels s’insèrent les pratiques de violence. Dans une approche pragmatique et matérialiste, chaque chapitre est organisé autour de logiques d’action, la description des situations permettant de dévoiler progressivement le contexte. La thèse suit l’expérience sociale des habitant.es à travers l’étude successive des déplacements, des sociabilités ordinaires, des modes de subsistance et d’accumulation, des conditions d’accès à la terre, des pratiques de prédation dans les rapports de genre, des homicides, de l’administration municipale et des tentatives entravées de transformer ce contexte. Elle s’appuie sur une ethnographie de 18 mois menée entre 2013 et 2016 dans le chef-lieu de la commune, les bureaux de la mairie et les hameaux d’habitations qui parsèment le territoire.

 

EHESS
CNRS
INSERM

flux rss  Actualités

Penser l'intersectionnalité dans l'espace public

Journée(s) d'étude - Vendredi 18 octobre 2019 - 09:30« Penser l'intersectionnalité dans l'espace public »18 Octobre 2019 -  9h30–18hCNRS Pouchet – 59-61 Rue Pouchet, 75017 Paris   Préprogramme9h30-9h45 : Accueil9h45-10h : Introduction de la journée par les organisateurs∙trices, Victor Albert Bla (...)(...)

Lire la suite

Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire? Ruptures et continuités d'un débat

Journée(s) d'étude - Vendredi 27 septembre 2019 - 08:45Le Brésil a-t-il besoin d'une réforme agraire ? Ruptures et continuités d'un débatLa journée d'études se tiendra à l'EHESS, 105 Boulevard Raspail 75006 Paris, le vendredi 27 septembre 2019, de 8h45 à 18h, en l'amphithéâtre François Furet. Pr (...)(...)

Lire la suite

Migrations et espaces publics

Colloque - Jeudi 13 juin 2019 - 10:30ProgrammeJeudi 13 juin10h30 – 11h : Accueil et introduction du séminaire11h – 13h : Axe 1 - Définir la situation migratoire. Discours et expériences d'un problème publicHélène Mazin (Max Weber / Lyon 2) : « Accueillir chez soi : entre discrétion et publicisat (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'étude des mouvements sociaux (CEMS)

54 Boulevard Raspail 75006 Paris
Tel.: +33 (0)1 49 54 24 27
        +33 (0)1 49 54 25 95
cems@ehess.fr